Sophie de Menthon

Switch to desktop Register Login

Sophie de Menthon - Le site - Sophie de Menthon

Il est extrêmement téméraire de faire l'éloge du scoutisme, dont le mot à lui seul évoque la droite ringarde étroite d'esprit et les cathos intégristes qui ne se lavent pas. La bourgeoisie réactionnaire, le tout avec un soupçon FN et tout cela parce que dans les camps de louveteaux et de scouts, il y a le lever du drapeau le matin, et pire : l'uniforme !

Fautes de français dans les chaînes d'info, féministes déchaînées, musique dans tous les lieux publics, téléphones portables à toutes les sauces, notre nouvelle éditorialiste, Sophie de Menthon dresse la liste de tout ce qu'on ne veut surtout plus voir en 2018. 

Vœux présidentiels. Tout commence par les vœux du Président de la République qui ont occupé les commentaires de la trêve des confiseurs. Que peut-il bien nous souhaiter ? Et les supputations se sont enchaînées au début du réveillon ...

On censure tout, surtout le bon sens. Nous vivons un crescendo de stupides révoltes des professionnels de l'indignation qui occupent l'espace médiatique. Dormez tranquilles braves gens ! la censure est de retour et la prohibition n'est pas loin.

La France vit en permanence sous le coup de ses émotions. Autrefois l'union nationale consistait à se battre et à mourir pour son pays, nous retrouvons cette solidarité... En défilant.

Le gouvernement cherche partout des économies ; l'embonpoint de l'Etat résiste à tous les régimes ! Pire : dès qu'on essaie de limiter la distribution de produits caloriques en tous genres, le patient reprend des kilos de dettes tout de suite après...

Rien que l'appellation : '"plan de sécurisation sexuelle" (sexuel s'accorde avec plan ou sécurisation ?!) fait froid dans le dos.

Je me suis surprise à regretter que l'on ait découvert un algorithme capable de mesurer le nombre de manifestants lors d'un défilé.

Les chefs d'entreprises sont par essence optimistes, il faut l'être quand on se lance dans l'aventure entrepreneuriale.

Que faut-il vraiment penser de ces scandales à répétition qui nourrissent les médias et nous atteignent un peu plus chaque jour ?