Sophie de Menthon

Switch to desktop Register Login

Sophie de Menthon - Le site - Sophie de Menthon

Contrairement à ce que les médias prétendent, nous élisons bien un couple présidentiel ...même inconsciemment. Or, c'est une question qui revient régulièrement : faut-il ou non un statut de  "première dame" de France ? Le terme de "première dame" étant lui-même usurpé puisqu'il est importé des Etats Unis où la First Lady existe autrement qu'en photo.

Le bruissement des nominations nous empêche de dormir, du Premier Ministre aux fonctionnaires en passant par le nom du photographe pour la photo officielle, les noms circulent en se chuchotant… Tout le monde a un tuyau sûr et une source indiscutable. En attendant, l'équipe rapprochée du Président de la République a le culte du secret : rien ne filtre réellement.

Du coup, on se rabat sur des choix moins régaliens en particulier celui de la marque de la future voiture du Président (5 possibles). Mais ce qui attise le plus notre curiosité, c’est le prochain « chienchien » présidentiel ! Nous avons été très inquiets lorsque François Hollande a annoncé sa décision de ne pas se représenter, à l’idée que Philaé soit condamnée à errer la larme au museau, abandonnée par son maître et réduite à inviter des potes de la SPA dans le parc. Ouf ! François Hollande quitte l’Elysée mais avec sa chienne qui coulera des jours heureux à Tulle.

Cela devient une coutume présidentielle que les personnalités étrangères offrent un animal de compagnie lors d’invitation officielle. Souvenons-nous de « Bo » le cocker d’Obama à la Maison blanche. Donald Trump se pose la question mais pour l’instant rien en vue. Tout cela sans compter les corgis de sa majesté Elisabeth II qui font régulièrement la une des magazines. Les célèbres donateurs ont parfaitement conscience que la seule fidélité sur laquelle pourra compter leur hôte au bout du compte, sera celle de son chien ! D’où ces cadeaux prémonitoires.

Par ailleurs, on a ainsi l’occasion d’illustrer parfaitement la sympathique campagne publicitaire d’encouragement, menée par la marque Purina (nourriture pour animaux) intitulée « Pets at Work » et consistant à inciter les chefs d’entreprise à autoriser les chiens de leurs collaborateurs au bureau. Nos toutous, en effet, favorisent le lien social, endiguent le stress ambiant, encouragent l’échange et créent un bon climat émotionnel. Le professeur Randolph Barker, de la Virginia Commonwealth University souligne même que « Les différences en terme de stress ressenti par les employés entre les jours où les chiens sont présents et les jours où ils n'y sont pas, sont étonnantes ». Penser à inviter le chien au Conseil des Ministres...

On imagine à quel point un chien ni de Droite ni de Gauche, mais avec un flair exceptionnel serait une garantie d’efficacité pour ce nouveau quinquennat ; à condition qu’il ne soit pas dressé à aboyer contre un parti en particulier. Contrairement aux hommes politiques « les chiens aiment leurs amis et mordent leurs ennemis à la différence des êtres humains » - Sigmund Freud.

 

Retrouvez cet article sur : https://www.valeursactuelles.com/politique/quel-sera-le-prochain-chien-elyseen-83126

Vous les Français, vous les râleurs, vous les révoltés, vous les citoyens... Nous venons d'élire un président de la République après une campagne électorale digne des plus mauvais romans à rebondissements improbables !

Il y a ceux qui votent pour préserver leurs économies et ceux qui votent pour dépenser l'argent des autres, c'est un peu le résumé de l'idéologie dominante de cette élection.

Le festival de Cannes va paraître bien fade à coté des gesticulations cinématographiques des deux candidats en lice. Gala, Closer ou Voici n'ont pas encore les marches du Palais du Festival à se mettre sous l'objectif et tentent de combler le vide avant les robes du soir du tapis rouge. Les Français sont exaspérés mais se jettent quand même sur les couvertures pitoyables et alléchantes qui font vendre autant qu'elles dissuadent d'aller voter.

Va-t-il falloir encore subir une campagne de dénigrement de caniveau? C'est bien parti, le ton a été donné et les médias recommencent illico à chercher la petite bête, le scoop people et le tir à bout portant.

Cette campagne n'aura eu de cesse que de nous vendre la rupture !

Ils sont épuisés, hagards... L'interminable campagne électorale est inhumaine dans tous les sens du terme. Leurs gaffes ou leurs emballements peuvent être parfois attribués à la fatigue; leurs cernes et leurs regards perdus à certains moments feraient presque pitié même lorsque nous les détestons !

Nathalie Arthaud, fidèle à la ligne et aux slogans de Lutte Ouvrière, a dénoncé les "patrons" lors du débat sur BFMTV et CNews. Trop de violence, et une détestation incompatible avec un candidat à la presidentielle pour la Présidente d'ETHIC qui lui adresse une lettre ouverte. 

La question de J.J Bourdin sur RMC à François Fillon est un condensé assez navrant des propos dans cette campagne présidentielle. Le résumé à la fois du focus journalistique porté, du rapport à l'argent dénoncé par les medias, et des questions- piège dont on ne peut sortir qu'à son détriment.